Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grégory Baudouin

Grégory Baudouin

Patriote et Républicain, ancien membre des Troupes Aéroportées, Président-Fondateur du Cercle Jean Moulin, mes références sont Jean Pierre Chevènement & Jean Moulin.


Fait flic JC Blanc (mon hommage à ces Hommes de devoirs)

Publié par JC Blanc sur 15 Août 2014, 20:04pm

Catégories : #Jean Claude Blanc, #la Chronique

Sans instruction, rien d'autre à faire

Pas hésiter, quitter sa terre

Fils de la ferme, saisit sa chance

Veut surtout pas reprendre le manche

 

Paraît qu'embauche la police

Même qu'on en fait la propagande

A voir l'affiche, c'est tentant

Etre fonctionnaire au salaire chiche

Job garanti, sa vie durant

 

Et puis prestige de l'uniforme

Une matraque et des menottes

Flingue et képi, selon les normes

Plaque de chérif, habille son homme

 

L'homme des casernes, est ébloui

Avale tout ce qu'on lui dit

C'est son royaume imaginaire

Séries télé, noires policières

Stars d'Amérique, fan des experts

 

Lui qui contourne les armureries

Peur des fusils, à cause du bruit

D'une goutte de sang, s'évanouit

Sans le savoir, va être servi

 

A l'examen est convoqué

Pour être admis, il faut plancher

Doit se farcir une dictée

Multiplier et diviser

Mais l'addition, c'est pour après

Cocher bonnes cases des PV

Sans calculette, c'est pas gagné

 

Lui qui était dernier de la classe

L'âne bâté de son collège

Il est reçu, comme par miracle

Pour une fois, s'exauce son rêve

 

Bien obligé, reprendre les cours

Gestion trafic, aux carrefours

Apprendre le maniement des armes

Se gendarmer, gérer les drames

 

Mais comme principe incontournable

Toujours par deux, se déplacer

Jamais sortir son pistolet

En cas d'urgence, donner l'alarme

Pas trop quand même, car pas nombreux

Pour affronter les fous furieux

Surtout pas mélanger les genres

Entre fous de dieux, et malfaiteurs

Même s'il y a pas de différence

Taire ses colères pour ces saigneurs...

 

Ces quelques mois de formation

Ont regonflé ses illusions

De mousquetaire de l'Etat

Bouter les hordes de hors la loi

 

Muté d'office, dans la cité

Quartier sordide des mal famés

Tout jeune flic, tombe de haut

Sans l'attirail de zorro

 

Dans sa brigade, que vieux ados

Sans expérience, mais bricolos

Doivent réparer l'ordinateur

Faire le ménage, planquer des heures

Et patrouiller, à la rigueur

 

De suite, son chef, l'a prévenu

«Tu sais gamin, ce qui t'attend

Ici c'est pas boulevard des Champs

Des dealers y'en a plein les rues

Mais pas de la première volée

Pour ne pas dire, des étrangers

 

Y'a qu'une bagnole pour toute l'équipe

On compte les gommes, les stylos

Dans Fort Chabrol, on se précipite

Quand les voyous chasse le perdreau

La haine habite leur matière grise

 

Alors, mon gars, un seul conseil

Met du coton dans tes oreilles

Des contre danses aux honnêtes gens

Face insulte, sois indulgent

Pas ton problème, t'es qu'un agent»

 

L'apprenti flic est sidéré

Lui qui croyait panser les plaies

Regrette déjà, s'être engagé

Pourtant en jette, «gardien de la paix»

 

Finalement comme ses copains

Va faire des rondes qui servent à rien

En évitant les coins malsains

Braves citoyens, les papillonne

Pendant ce temps, les haschichins

Vendent leur came, pour grosse somme

flinguent nos gamins, ça vous étonne?

 Y'a pas de risque et ça rapporte

Faire des procès, excès de vitesse

Les mal garés, payent la note

France providence, remplit ses caisses

 

Trois bouts de ficelle, un élastique

Comme par miracle, marche la police

Pas à coups d'instruction civique

Chacun se débrouille, selon ses tics

 

La grande muette, n'est pas indic

Seule la justice, rend les verdicts

Mais entre elles deux, le torchon brûle

Chacune amasse son pécule

 

Police, justice, ont l'humour vache

Les flibustiers, en douce se marrent

l'une les attrape, l'autre les relâche

Y'a plus de règles, que des bonnes poires

 

Les commentaires sont trompeurs

On nous démontre à la télé

Que la violence, n'est plus de rigueur

Et que la France est policée

 

Le pauvre flic, pris pour un con

Lui qui se frotte aux rebellions

Se fait plus guère d'illusions

Voit que ce monde, tourne plus rond

 

Doit se plier, s'agenouiller

Devant les bandes d'intégristes

Vous me direz, c'est leur métier

Pas riposter, sinon punis

 

Seuls les loubards font la loi

Car c'est l'époque qui veut ça

La société baisse les bras

Ne constatant que les dégâts

 

C'est trop facile d'amalgamer

Flic et réac, tueurs à gage

Car la plupart des policiers

Font leur devoir, pas le carnage

 

Dure mission, de concilier

Tous les malheurs de la cité

Mais sans soutien, que peuvent-ils faire

Pas commissaires, boucs émissaires

Fouteurs de merde sont mieux armés

Kalachnikovs importées

On est en guerre, sans l'avouer

L'Etat se targue de son armée

Toujours les mêmes se font flinguer

Mais sont bien vite remerciés

Par une brindille de lauriers

 

Agitateurs, provocateurs

Allument la flamme des pétards

Les mettre en tôle, faut des preuves

Pour faire avouer toutes ces ordures

C'est par vraiment une sinécure

mais sont rusés, ces fins renards

Accusent les flics de torture

 

Alors, juge ou policier

Vont plus s'en faire désormais

Consultent vite les dossiers

Tous connus, photographiés

A quoi bon les encaserner

 

Mais l'Intérieur se modernise

Partout on plante des radars

Pour rajouter quelques devises

A son budget, qu'est dans le noir

L'Etat de droits, fait pas de remises

 

Mon pote, se barre désabusé

prend sa retraite, bien méritée

Car à son âge, en a assez

De se faire traiter d'enculer

 

En fin de compte, il regrette

D'avoir été bien trop honnête

Mafieux du Golf,  règnent sur le pognon

Les contribuables encaissent les gnons

 

Je vous confie mais en secret

Vie ordinaire d'un ami flic

Qui en a marre, d'être justicier

Pour sauvegarder, laïcité

 

Tout ce qu'il nous reste de raison

On se tourne vers Henri Lévy

Cet humaniste de salon

Qui nous fait le coup «plus belle la vie»

Pour faire sa pub, joue les mignons

 

Mains dans le cambouis, prenant des risques

Le flic basique, hisse son fanion

Bien beau servir la République

Encore faut-il qu'elle porte un nom..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents