Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grégory Baudouin

Grégory Baudouin

Patriote et Républicain, ancien membre des Troupes Aéroportées, Président-Fondateur du Cercle Jean Moulin, mes références sont Jean Pierre Chevènement & Jean Moulin.


« 1933 ou 1789 » par Grégory Baudouin

Publié par Grégory Baudouin sur 23 Février 2015, 23:18pm

Catégories : #Grégory Baudouin, #la Chronique

Bien sûr que c’est scandaleux. Le grand patronat abrombe une fois de plus le marché du travail. Ce n’est pas une légère ombre qu’il jette, mais un voile sur la dignité des travailleurs. Le pékin moyen, d’après eux, qui viendra faire un travail abrutissant à la chaine espérant un CDI et qui sera payé au SMIC, quand ce n’est pas un SMIC horaire du fait d’un temps partiel, aurait-il droit lui à une prime de bienvenue ? On lui dira de bosser, point. Et qu’on soit content de son boulot ou pas content, c’est pareil. Quand il faudra reverser des dividendes aux actionnaires, il sera viré comme on jette un mouchoir jetable, et oui sans prime de sortie.

 

 

Ces ci-devant, devant le scandale des primes de sortie, des retraites chapeaux, stock – options et autres avantages divers et variés, ont inventé maintenant la prime d’entrée. L’imagination de ces gens n’a d’égal que leur indécence, à l’identique des montants de leurs salaires. mÔnsieur Mulliez a beau pointer sa suffisance en réunion des jeunes communistes du Nord afin de leur donner un cours d’économie (capitaliste), leur démontrer combien ils ont tort et  lui raison, ça ne change rien. Ça donne l’impression de ces grand maitres qui venaient parfois se mélanger au peuple, et qui d’un geste charitable donnaient par ci par là une pièce ou condescendaient à laisser un chou pour la soupe. Si le patronat a effectivement des charges (trop), le monde ouvrier dans son ensemble en a aussi. Elles sont différentes mais beaucoup plus pesantes au niveau du porte-monnaie et du ressenti. C’est un sentiment d’injustice et d’irrespect qui prévaut.

 

Nous n’en sommes plus, parait-il, au temps de Germinal ; mais quand je vois l’actualité, je me dis que Zola est éminemment d’actualité dans plus d’une de ces œuvres. Rappelons que le peuple s’est révolté après s’être détourné de ses représentants traditionnels et que, de la multiplication des clubs, est venue la lame de fond qui a emporté l’ancien régime. Nous y sommes de nouveau aujourd’hui. Le peuple se détourne. D’aucuns se tourneront vers la solution de 1933, d’autres se détourneront vers la solution de 1789 et 1848. Il n’y a pas d’alternative, seule l’une de ces solutions sortira vainqueur. L’histoire ne se répète jamais, mais elle a tendance à balbutier. Aujourd’hui, elle bégaie.

 

Encore un effort disait l’autre. Aujourd’hui, c’est le mord aux dents qu’il faut prendre car l’obscurantisme d’extrême-droite et/ou religieux (bien souvent le même) est à nos portes. Soyons vigilants et persévérants. Plus que jamais l’heure du repos n’est pas arrivée. Que la Force soit avec nous afin que demain, nous puissions nous saluer avec Fraternité, de quelque origine que nous soyons, libérés des contraintes religieuses et de la chape du travail. 

 

« 1933 ou 1789 » par Grégory Baudouin
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents