Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grégory Baudouin

Grégory Baudouin

Patriote et Républicain, ancien membre des Troupes Aéroportées, Président-Fondateur du Cercle Jean Moulin, mes références sont Jean Pierre Chevènement, Jean Moulin et le Général de Gaulle


« Donne lui donc à boire » lui dit son père par Grégory Baudouin

Publié par par Grégory Baudouin sur 17 Avril 2018, 18:16pm

Catégories : #la Chronique, #Grégory Baudouin

« Donne lui donc à boire » lui dit son père par Grégory Baudouin

Le gouvernement pense à mettre sur les bouteilles de vin « l’alcool tue », à l’instar de ce qui se fait sur les paquets de cigarettes. Dans cette logique, il se voudrait qu’il soit fait à l’identique, et qu’il n’y ait plus que des étiquettes neutres, et des photos, sur les ravages de l’alcool. Sauf que cela ne se pourra pas, et que cela ne se fera pas. Cela aurait pu se faire, par exemple, sous le Président Sarkozy, qui au grand damne des vignerons, avait déclaré ne jamais boire de vin. Cela ne pu surtout pas se faire sous Hollande, et je le redis, ne se fera pas sous Jupiter.

 

Déjà parce que le lobby de l’alcool, en général, et du vin en particulier, est autrement plus puissant que les « cigarettiers ». Parce que les 1ers tiennent aussi à leur image, qui passe par leurs étiquettes. Prenez un même vin, mettez une étiquette lambda, ou mettez une étiquette sur fond marron, qui rappelle le bois, la vigne, ou mettez une étiquette sur fond noir qui rappelle un vin corsé, et ce sera ces 2 derniers qui seront pris et apprécié, comparé à celui qui a l’étiquette de base.

 

« Peu importe le contenant, pourvu qu’on est l’ivresse ». C’est un peu l’axiome du moment. Si le vin était présent sur toutes les tablées dotées d’un homme, et dans toutes les maisonnées, le soda a bien souvent remplacé le breuvage. Mais ce poison fait tout autant de ravage. Et ce dès le pus jeune âge de nos chères têtes blondes, sinon plus que le vin.

 

Et puis le vin souffre d’une image ringarde aujourd’hui, ou d’une image de clochard, avec  « le bon vieux rouge qui tache ». Les jeunes lui préfèrent des alcools nobles, qui n’ont rien de noble, mais tout d’un marketing bien établi. Et ils se bourrent la gueule à grand coup de bitchdrinking. C’est-à-dire boire le plus d’alcool possible, en moins de temps possible, et autant que faire se peut, en moins de 10 minutes. S’en suit au mieux des états minables, au pire des comas éthyliques, qui pour certains sont suivi de mort, et dans quasi tous les cas pour ceux pratiquant ce sport, une accoutumance à cette drogue. Car cigarette, autres drogues douces, drogues dures, et / ou alcool, tout cela n’est que drogue, un point c’est tout. S’en suit un état pathologique, renfermement sur soi, appauvrissement, problèmes sociaux, amicaux, professionnelles, et / ou amicaux. Bref, alcool et / ou clope même combat. La récente dépénalisation déguisée du cannabis n’arrangera rien, et ne résoudra rien.

 

Il faut taxer un maximum les cigarettes, comme en Australie. Taxer un maximum les alcools, tous les alcools. Aller sur une prohibition et une répression en la matière, tout en donnant des moyens volontaristes en la matière aux douanes. C’est un fléau, et la conjoncture incite à aller vers des paradis artificiels, à la recherche d’autres paradigmes. Comme tout fléau ayant touché la Nation, il faut l’endiguer, se donner les moyens de l’endiguer, et ne pas se contenter de « mesurette » à 1,5 € le Litre.

 

Par le ciel, partout, pour tous.

Avec vigilance et persévérance.

Que la Force soit avec vous.

Salut et Fraternité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents