Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grégory Baudouin

Grégory Baudouin

Patriote et Républicain, ancien membre des Troupes Aéroportées, Président-Fondateur du Cercle Jean Moulin, mes références sont Jean Pierre Chevènement & Jean Moulin.


Zorro et la Burqua, une chronique de Grégory Baudouin

Publié par via le Cercle Jean Moulin sur 22 Mai 2020, 19:31pm

Catégories : #la Chronique, #Grégory Baudouin

Zorro et la Burqua, une chronique de Grégory Baudouin

Fantomas et Zorro avaient cela en commun : ils devaient de se mouvoir masqués afin de ne pas être reconnus. Quelques imbéciles, dont certains journalistes de profession, n’ont rien trouvé de mieux à « écrire » que la France, pays de la laïcité, était ridicule, elle qui interdisait le port du voile, de tous les voiles, en lieux publics, alors qu’elle obligeait quasiment aujourd’hui les Citoyens  à en porter un. Faut-il donc être un abysse de l’intelligence ou un Everest de bêtise pour faire de telles comparaisons, et ne pas comprendre qu’il n’y a rien à voir entre une prison portative pour femmes et une mesure sanitaire.

 

Notons d’ailleurs, comme je l’ai dit, la pousse d’un nouvel organe de respiration en la personne du menton en plus du nez et de la bouche. Il faut croire qu’un menton cela respire bien au vu du nombre de personnes qui portent le masque ainsi. Ceci étant dit, nous voyons aussi des irresponsables qui déambulent sans masque dans la rue, ignorant, quand bien même ils ne croisent personne que, ils déposent de par leur respiration des virus à chaque expiration ; et d’autres hypocondriaques qui eux, de peur que le monsieur qui parle dans la radio ne les contamine, le porte au volant. J’en ai même vu porter le masque chez eux pendant des visios, …véridique !

 

Il faudra donc porter des masques aussi pour aller voter puisque le gouvernement a décidé de la tenue des élections municipales le 28 juin. Les communicants avaient encore bien travaillé puisque le 1er et son Intérieur n’avaient à la bouche que « sincérité du scrutin ». Comment peut-on parler de sincérité quand le peu qui s’est déplacé à préférer, « en temps de guerre », remettre en place les équipes sortantes et que dans 5 000 communes, sur les plus de 36 500 communes que compte la France, sera organisé un second scrutin ?

 

Le maître-mot des exécutifs en place et futurs se devra donc être tout le temps de la mandature : l’humilité. Humilité et non-absentéisme comme le firent certains exécutifs, d’une inexistante crasse et flagrante pendant tout le confinement. Tant et plus que nous pouvions nous demander si une municipalité en place ou élue était présente dans certaines villes. Ce scrutin n’aura eu aucun sens et il n’en aura pas plu pendant la mandature. Un coup pour rien, un coup de trop pour certains maires. Viendront par la suite dans cette ambiance de psychose, les cantonales. Il n’est pas sûr  que la démocratie soit relevée de ces scrutins. Il n’est pas certain que la République s’en relève. Il nous faudra alors rebâtir celle-ci, avec à sa tête un homme et un programme. Qu’elle sera cet homme ? Un homme de la Nation bien évidement ; et il est des propositions comme celle de Michel Onfray qui peuvent, je dis bien peuvent, être intéressantes.

 

Par le Ciel, partout, pour tous, 

que la Force soit avec toi, 

Salut et Fraternité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents