Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grégory Baudouin

Grégory Baudouin

Patriote et Républicain, ancien membre des Troupes Aéroportées, Président-Fondateur du Cercle Jean Moulin, mes références sont Jean Pierre Chevènement & Jean Moulin.


Décidément l’homme fut con, il est con et sera con une chronique de Grégory Baudouin

Publié par via le Cercle Jean Moulin sur 18 Mai 2020, 14:54pm

Catégories : #Grégory Baudouin, #la Chronique

Décidément l’homme fut con, il est con et sera con une chronique de Grégory Baudouin

« Il y aura un avant et un après ».  Je n’en suis pas certain. Avant, ou plutôt pendant, on a vu au début de la crise l’individualisme exacerbé de certaines personnes qui faisaient des stocks de papier toilette pour 3 ans. Etait-ce un produit de première nécessité ? Que nenni. Dans les pays du Maghreb ou en Asie, on n’utilise pas ou très peu de papier toilette. On préfère la solution de la douche, qui est somme toute bien plus hygiénique.

 

Dans le monde d’après, alors que les restaurant traditionnels restent fermés, on a vu des files et des files de voitures qui pouvaient attendre jusqu’à 3 heures pour aller manger un hamburger de piètre qualité.

 

Vous qui avez le nez sur votre portable, quand vous marchez comme des zombies dans la rue plutôt que regarder les trésors que recèlent le ciel, les arbres, les balcons et les fenêtres, décalez quelque peu votre regards sur les parkings des supermarchés : le sol est jonché de masques et de gants. Il en est de même des plages et des bords de rivières. Ces oiseaux que nous avons de nouveau entendu chanter dans nos films, l’ensemble de la faune qui se demandait quelle connerie avait donc fait les humains pour être enfermés chez eux comme eux pouvait l’être dans une cache, se demandent maintenant pourquoi, après avoir crevé des sacs plastiques, ils crèveront des gants ingérés.

 

Pendant qu’ils ne pouvaient plus commander quelques merdes en Chine à bas prix, ils ont appris qu’un producteur situé à côté de chez eux produisait, et produisait donc local. Ils se sont donc approvisionnés chez lui, lui faisant des promesses de fidélité. De celles qui ne valent pas plus que celles faites sur une banquette arrière dans la nuit de samedi à dimanche sur un parking de boite de nuit. 

 

On a promis honneur et respect aux hôtesses de caisse des supermarchés, et cela durera autant que cela a duré pour les Forces de l’Ordre après chaque attentat. On lèche, on lâche, on lynche.

 

Il y a quand même eu des moments admirables. Des personnes qui spontanément se sont engagées pour l’autre sans demander en retour, qui en s’engageant dans une association d’aide et d’entreaide, qui en faisant un rendez-vous quotidien, qui en lisant des textes, qui en chantant, qui en jouant de la musique, qui en produisant dans son domaine de prédilection... Et cela m’a fait chaud au cœur. Voyant cela, j’ai été pris comme d’une espérance pour le monde d’après.

 

Et puis… et puis … le déconfinement est arrivé et déjà une semaine avant celui-ci ce fut comme la disparition de l’ancien monde voulue par le résident de l’a-république : l’élection comme la crise sont passées, et le monde d’avant a refait entendre sa voix. Les hypermarchés font un pognon de dingue et les « gens » semblent de nouveau complétement tarés.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents