Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grégory Baudouin

Grégory Baudouin

Patriote et Républicain, ancien membre des Troupes Aéroportées, Président-Fondateur du Cercle Jean Moulin, mes références sont Jean Pierre Chevènement, Jean Moulin et le Général de Gaulle


La République et la France ou le déshonneur par Grégory Baudouin

Publié par GB sur 23 Avril 2022, 13:31pm

Catégories : #Grégory Baudouin, #la Chronique

La République et la France ou le déshonneur par Grégory Baudouin

2022.04.20 l’honneur et le déshonneur.

 

Dimanche les français seront amenés à voter pour élire leur Président de la République. Je le dis de suite : je voterai Emmanuel Macron. Je voterai par défaut, et non par adhésion à Emmanuel Macron, mais je voterai Emmanuel Macron.  Je voterai Emmanuel Macron comme mon parti Refondation Républicaine et Jean-Pierre Chevènement. Par défaut mais sans hésitation. Car enfin quoi, le Président est Président de la République. Il est républicain. RE PU BLI CAIN.

 

Oui, le Président de la République a mené au cours de son premier mandat une politique libérale économiquement parlant mais il est républicain.

Oui, le Président de la République a eu à subir les manifestions de personnes se distinguant par des gilets de sécurité, et quand c’était nécessaire, les institutions de la République ont maintenu l’ordre, rétabli l’ordre, réprimé pour que soit l’ordre républicain. Je pourrai continuer à l’envie comme un dictionnaire à la Prévert mais il n’est pas mon intention de faire un panégyrique de ce qu’a fait ou pas le Président de la République.

 

Il est REPUBLICAIN tandis que l’héritière de la dynastie est Le Pen est d’extrême-droite ! Elle a tous les marqueurs d’extrême-droite quand bien même elle a travaillé pendant 5 ans pour lisser son image avec des conseillers politiques, des conseillers en communication et des « coaches » comportementalistes. On aura beau me dire « elle a changé », « elle s’est assagie », « elle a modéré son programme » … si la vitrine peut paraitre belle, si le menu semble alléchant, l’arrière cuisine est toujours aussi glauque et les denrées périmées.

 

Tout ce qui a voté pour celui qui voulait devenir le chef des armées, sans avoir même le courage de défendre l’honneur de sa mère quand il fut pris à partie dans la rue, votera pour la bourgeoise de Saint Cloud. Que ce soit les ex LR, les ex MPF, et les vrais zouaves et autres fanges néo-nazi.

 

Tous les parangons de vertus de la gÔche bobo et des antirépublicains type Jadot et Mélenchon auront une lourde responsabilité si l’extrême-droite arrive au pouvoir pour la première fois depuis Pétain. Ceci dit, elle s’est construite dans la haine du Gaullisme et bonne fifille du Pétainisme avec le concours d’ex membres de la Légion Charlemagne, cela pourrait donc paraitre logique mais enfant de Jean Moulin je me refuse à cela.

 

Tu voteras Le Pen, tu éliras l’extrême-droite.

Tu voteras blanc, tu éliras l’extrême-droite.

Tu t’abstiendras, tu éliras l’extrême-droite.

 

Seul le vote Macron peut aujourd’hui empêcher l’extrême-droite d’arriver au pouvoir. Il n’y avait pas péril en la demeure en 2002 mais il y eut une descente de la rue salutaire. Il n’y avait pas vraiment de risques en 2017 mais il valait mieux prévenir que guérir. Aujourd’hui, il y a vraiment le feu dans la grange. Il faut tout faire pour que le brasier n’atteigne pas les fondations de la maison République. Je trouve fou qu’il paraisse  « normal » de voir maintenant l’extrême-droite au second tour d’une présidentielle. Comment a-t-on pu tomber aussi bas ? Seul le vote Macron peut faire barrage à l’extrême-droite.

 

Cela me fait penser à cette phrase qu’on attribue toujours à Sir Winston Churchill et qu’il n’aurait jamais dite mais il n’empêche : vous avez eu à choisir en la guerre et le déshonneur. Vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre ». Si vous vous abstenez vous aurez l’extrême-droite. Si vous votez blanc, vous aurez l’extrême-droite. Ainsi vous aurez l’extrême-droite ET le déshonneur.

 

Le Général de Gaulle avait dit quant à lui en substance : « vous êtes contre ou vous êtes avec moi ». On sait déjà que les Le Pen, Dupont, Philippot, Asselineau et autres Cheminade sont, de fait, contre la République. On s’en doutait pour Mélenchon depuis qu’il s’est acoquiné avec toute la fange communautariste, indigéniste, racialiste, les Autain, Obono, Rousseau et autres Diallo sans parler de son pacs avec les frères musulmans. Une étude sociologique du vote a amplement et clairement démontré la direction du vote musulman.

 

Je le dis en toute responsabilité : réfléchissez bien à vos actes ou non acte ! Mais ne venez pas pleurer après comme le fait une partie de notre future élite qui a détruit la Sorbonne. Ils ont fait de la rue une décharge à ciel ouvert sans aucun respect pour les riverains, et dans un autodafé digne du 10 mai 1933, ils ont brulé des livres rares, détruit des thèses uniques, annihilé la culture et le savoir. Les dictatures s’attaquent toujours en premier à l’intelligence. Leurs revendications ont les connait. Ils les exposaient pendant la présidentielle et elles ont récolté 4%. Ces gens n’aiment la démocratie que lorsqu’ils sont vainqueurs. Après, s’ils n’ont pas eu satisfaction par les urnes, ils veulent l’imposer par la force, par la violence, dans la rue et (anonymement) sur les réseaux asociaux. Hélas pour vous, vos poncifs, vos certitudes, vos thèses ultra minoritaires pour ne pas dire epsilon ont été balayées par la voix du peuple.

 

Il vous reste à vous exprimer au second tour ou au 3e tour que sont les législatives mais déjà cela part mal car comme vous aviez dit à la présidentielle « unité, oui ! » mais derrière moi…Vous dites pour demain « accord aux législatives, oui ! » mais sur notre programme… Il ne servira à rien après de meugler sur les réseaux sociaux de façon anonyme en bon fils de Pétain si vous n’obtenez rien car, entre nous, Le Pen, de l’écologie, elle s’en tape le coquillard comme de sa première culotte ou de l’an 40. Quant à l’étranger que vous aimez tant, ne vous inquiétez pas, elle, pour le coup, elle va s’en préoccuper mais plus que vous ne l’auriez voulu.

 

Vous pourrez toujours après tenter de manifester dans la rue. Je dis bien tenter car le Président de la République Macron que vous vouez tant aux gémonies pour avoir « éborgné la France » non seulement il vous a laissé défiler et vomir votre bile un week-end mais aussi tous les week-ends. Remarquez, vous avez la chance de pouvoir défiler tous les week-ends car moi je travaille et je travaille tous les week-ends. Pourquoi n’est-il pas étonnant de voir que tout ce qui est complotiste, qui croit dans une terre plate ou creuse, que des avions diffusent des cancers par les réacteurs, qu’on nous implante des bus 5G sous la peau, qui sont anti covid, anti masque, anti passanitaire, anti passvacCinnal, anti choux fleur, se retrouve dans le vote d’extrême-droite et d’extrême-gauche, dans un nouveau et énième rapprochement rouge-brun ? Qu’ils essaient ces gens de manifester ne serait-ce qu’une fois, de faire autant de dégâts ne serait-ce qu’une fois, de dire ce qu’ils hurlent ne serait-ce qu’une fois en Russie (chère à Le Pen), en Hongrie (chère à Le Pen) en Chine, en Iran, au Vénézuela (cher à Mélenchon), au Brésil (cher à Mélenchon). Essayez donc d’y manifester une fois et vous allez voir ce qu’on appelle une dictature, un état répressif et des violences policières. Ah oui, c’est vrai, j’oubliais « Macron a tué, Macron tue ». J’ai eu beau demander plusieurs fois autour de moi, je n’ai jamais obtenu un nom, une date, un lieu mais toujours les mêmes réponses « si, si je le sais, je ne sais plus où il y a eu un mort dans les manifestations (voir il y a eu des morts). Ils l’ont surement entendu du voisin, du cousin, de la nièce par troisième alliance ou lu sous « la plume » d’un « journaliste » sur un site de « ré information ». Il n'y a pas eu un mort pendant ces manifestations, pas UN ! Par contre les Forces de l’Ordre Républicaines ont répondu à la violence avec la force et la vigueur strictement nécessaires mais surtout avec professionnalisme. Allez voir dans les pays précités. Face à des violences comme celles perpétrées à l’Arc de Triomphe de la Nation ou envers des FdO, celles-ci auraient dégainées et défouraillées depuis longtemps. On ne peut que louer le sang froid des Forces de l’Ordre républicaines qui se sont contentées de répliquer sur ordre avec des armes de défense non létales. Au passage, on attend toujours les chars d’assaut qui inondaient les réseaux asociaux et dont chacun disait « JE les ai vu » (même en habitant à Marseille ou à Plougastel mais là je chipote je suppose).

 

On me dit « une centaine de mains arrachées par des grenades offensives ». Alors déjà ce ne sont pas des grenades offensives, ce qui démontre bien que ces gens parlent sans savoir puisque ces grenades ne sont utilisées que par des militaires et au front sur des terrains de guerre, donc ce sont là des grenades de désencerclements. Puis, si une grenade tombe à tes pieds, c’est que tu es au premier plan et non dans la masse, l’intelligence veut qu’on fuit, ON FUIT ! On ne remasse pas une grenade car le principe d’une grenade c’est … c’est … c’est d’exploser bah oui, c’est ballot hein mais une grenade ça explose donc si tu la prends à la main alors qu’elle est dégoupillée, elle va exploser… dans ta main. CQFD. On ne plie pas les genoux pour ramasser une grenade à la main, ça c’est dans les films, on prend ses jambes à son cou. Sur l’ensemble des tirs, les mains arrachées ou yeux éborgnés cela représentent 0.015% des tirs, on appelle cela des dommages collatéraux.

 

Et pour culture générale, les violences dans les manifestations cela ne date pas d’aujourd’hui, il suffit de se rappeler pour cela par exemple le 06 février 1934 quand la même extrême-droite a voulu renverser la « gueuse », la République, mais aussi les manifestations de Charonne. Mais avant il n’y avait pas que des blessés comme aujourd’hui, fussent-ils graves, il y avait aussi des morts et cette fois vraiment, pas juste des on dit. Et pourquoi ?  Parce que les FdO n’étaient pas équipées comme aujourd’hui d’armes de défense mais uniquement de matraques en bois et non en polymère et d’armes létales. Le 06 février 1934, après que le Préfet ait donné l’ordre de répondre à la violence et aux attaques de l’extrême-droite, il y eut 30 morts et plus de 2 000 blessés. Aujourd’hui, après deux ans de manifestations tous les week-end (sympa encore une fois la dictature quand même) un bilan de 0 mort, ZERO mort. Bref c’est le bilan non pas d’un Président de la République mais des institutions républicaines. Imaginez le bilan qu’aurait eu ou qu’aura un président d’extrême-droite.

 

Il se dit que voyant réuni à la tribune les Touraine, Valls Guigou, Chevènement, Raffarin, Estrosi, Woerth, la tribun d’extrême-droite se serait écriée « que voilà l’UMPS que dénonçait mon père (le si gauchiste papa…). Ce à quoi je lui aurais répondu « dites-moi dame, vous qui, comme l’autre, vous présentez toujours comme antisystème, combien de temps avez-vous travaillé dans le privé comme salariée ? N’avez-vous pas toujours vécu du système et par le système ? N’avez-vous pas toujours été élue, payée par la politique et même à des niveaux ou au sein d’institutions que vous vomissez mais qui vous ont permis de vous entretenir, d’entretenir votre parti si ce n’est vos attachés parlementaires et autres collaborateurs ?

 

Le candidat Macron a voulu faire turbuler le système en 2017 comme voulu le faire Jean-Pierre Chevènement en 2002 en se présentant comme « l’homme de la Nation ». Jean-Pierre Chevènement a décidé de soutenir le Président de la République Macron en toute connaissance de cause, en reconnaissant ses qualités, en critiquant ses défauts et ses erreurs. Jean-Pierre Chevènement a décidé de soutenir le Président de la République Macron sur les mêmes thèmes qui furent les siens en 2002, sur la même vision que fut la sienne en 2002 et sur la même ambition qu’il avait pour la France et la République en 2002.

 

D’aucun de ses (ex) amis ne le comprennent pas. Ils ne comprennent pas qu’il ne s’agit pas là d’un blanc-seing mais d’un soutien critique. Ils jouent les vierges effarouchées et le voue aux gémonies oubliant au passage qui les a faits, à qui ils devaient une carrière un ou des mandats. On peut dire ce qu’on veut de ce scrutin mais on ne peut taxer Jean-Pierre Chevènement de vendu et d’être intéressé à 83 ans. A ceux qui n’ont de cesse que d’avoir à la bouche « la vieillesse est un naufrage », je leur conseillerai d’ouvrir un livre en général (un truc en carton avec plein de feuilles et plein de mots) et un ouvrage des citations du Général de Gaulle en particulier, d’aller enfin à la page 2 afin d’en découvrir d’autres et éventuellement de les comprendre.

 

Le Général de Gaulle, lui, s’est toujours battu pour « une certaine idée de la France ». C’est ce qu’il fit en 1914, c’est ce qu’il fit en 1939, c’est qu’il fit en 1940, c’est ce qu’il fit pendant la seconde guerre mondiale, c’est ce qu’il fit avec le Gouvernement Provisoire de la République, c’est ce qu’il fit en 1958, c’est ce qu’il fit en 1969.

 

« Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres » dit-il. Demain, nous devons aimer la République, nous devons aimer notre pays, nous devons aimer la France et si nous aimons la France, nous ne pouvons la vendre, la soumettre à l’extrême-droite. Demain cette extrême-droite détestera la France, comme elle déteste les autres nations ». Si demain le Président de la République Macron, comme l’a voulu Jean-Pierre Chevènement au sein du Pôle Républicain, comme n’a pas su le faire le Président Chirac ce qui lui aurait valu de rentrer dans l’Histoire, fait un gouvernement de salut public, alors il pourra révolutionner les instituions dans la Ve République et c’est là tout le sens du soutien Gaulliste de Jean Pierre Chevènement.

 

Il y a deux manières de rentrer dans l’Histoire. Comme le Général de Gaulle dans l’honneur ou comme l’ex Maréchal Pétain dans le déshonneur. En votant pour l’extrême-droite vous combattrez de fait cet édifice qui fut construit depuis 1789, 1848, 1871, 1918, 1945, 1958, vous mettrez à terre ce que firent Robespierre, Napoléon 1er, Clémenceau, le Général de Gaulle, Jean Moulin, Pierre Mendès-France, François Mitterrand et leurs acquis, ce qu’on appelle la République, ce qu’on appelle la France, la grande France.  En votant blanc, en vous abstenant, vous ferez comme ces Français qui de 40 à 44 ne firent qu’attendre de voir de quel côté irait le vent. Alors comme le disait Faure, si « ce n’est pas les girouettes qui tournent mais le vent » en votant blanc, en vous abstenant, vous vous ferez complice de l’extrême-droite, vous serez passé du côté obscur de la République. Vous serez devenu des antirépublicains de fait. En 40, la France et l’honneur étaient à Londres, la collaboration et le déshonneur avec l’extrême-droite, il vous reste encore une fois un bulletin de vote pour faire le bon choix, celui de la République, celui de la France en votant, fusse en vous bouchant le nez, pour le Président de la République et candidat Macron.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents